Belle découverte du Lodévois.

Je me doutais bien qu’il se préparait quelque chose, mais je suis toujours prévenue au dernier moment.

Mon humain m’adore et c’est plutôt chouette. Mais vous les filles, vous me comprenez bien, pour être heureuses et en pleine forme, on a besoin de bouger, de sortir, de voir du paysage, de respirer à pleins carbus. Mon humain me cajole, me bichonne pendant des heures, mais c’est plutôt un petit rouleur, un contemplatif, bref ont n’est jamais contentes.

Je me présente : Miss Morris ( du nom de mon géniteur William Morris, un garagiste à Oxford), vous pouvez m’appeler MG (Morris Garages) comme tout le monde, B pour les intimes.

Depuis plusieurs jours l’ambiance avait changé, après des mois entiers endormie sous la housse, la porte du garage n’arrêtait pas de s’ouvrir et se fermer, la nénette s’agitait frénétiquement sur mes flancs, c’est toujours le signe que le printemps est enfin arrivé. Mais quand mon humain se trémousse toute la journée sur les rifs de notre jeunesse ( AC/DC, Dire Straits, Chuck Berry, Rolling Stones…) c’est le jour de la Fête de la Musique et donc, l’été est là !

Du coup, on me sort du sommeil un dimanche matin à 7 heures en sifflotant, on me réchauffe bien, et nous voilà en route pour retrouver les copines de Millau au parking de la Grave. Bonjour, bonjour et on repart.

C’est la première fois que je suis en tête d’un convoi. C’est mieux que de renifler les odeurs des autres, en plus elles roulent souvent trop lentement, et j’ai horreur de ça. A la fraîche on a gravi la côte de La Cavalerie, puis direction le Sud sur l’ancienne N9. Je me suis enivrée la calandre du parfum des foins coupés, des genêts couleur soleil recouvrant les talus, des senteurs de pins dans la descente vers St Pierre de la Fage, je ronronnais de plaisir, c’était magique !

Je ne voudrais pas renier mes origines, mais traverser une ville du Sud ensoleillée comme Lodève, aux terrasses de café déjà pleines, les pouces levés et les petits gestes de la main à notre passage, c’est autre chose que le brouillard de London.

D’autres copines nous accueillent, on m’a présenté une Française unique, « nice to meet you », décapotée, magnifique malgré son âge, un corps de rêve, une vraie déesse, une Citroèn DS pour être précise, j’étais morte de jalousie. Madame Healey était là aussi, trop masculine, brutale, la voix rauque, en plus elle fume, je l’ai snobée. Je préfère mon amie TR, la troisième de la famille, quelle classe, taille fine, museau à croquer, petites fesses pointues, « i love you babe », elle me fait craquer.

Les humains ont écouté une élue leur présenter sa ville sur un carrelage en verre, en grignotant des petits gâteaux et en sirotant une boisson. Puis ils sont allés voir une oeuvre magnifique du sculpteur Paul DARDE, un Lodévois remarquable. Petit tour de ville par les petites rues d’ombres et de lumières, puis sortie vers Soumont, et regroupement à l’abbaye de Grammont.

Les virages du rallye du Lodévois, où la chaleur du soleil alterne avec la fraîcheur des sous-bois traversés sont un régal. Le spectacle était partout, la route du Coulet avec Menhirs et Dolmens, la Baume Oriol et la vue panoramique sur le cirque de Navacelles, et même la transhumance de passage à la Vacquerie, j’avais jamais vu autant de laine sur pattes de ma vie, « it’s amazing », j’adore la France !

Les humains avaient encore faim, alors ils nous ont laissé en plein soleil pendant trois heures pendant qu’on les entendait rigoler et trinquer au Bistrot Larzac. Après un tendre gigot d’agneau rosé à point et une tarte maison, bisous et remerciements, tous le monde se quitte à regret.

On a fait la route buissonnière au retour, c’était chouette, crochet pour longer La Couvertoirade, descente sur Nant, petit rafraîchissement sous les arcades, et la douceur ombragée des bords de la Dourbie pour faire tomber l’aiguille du thermomètre, la vie est belle en Aveyron.

Merci beaucoup à Michel Esperce, Jacques Martin et leurs amis pour cette belle journée de découvertes et de plaisirs partagés. Lodève est une ville formidable d’histoire et de savoir vivre, à voir et revoir sans modération.

SAVA.

Commentaires

avatar par défaut

Nous utilisons Akismet pour combattre les commentaires indésirables. Cliquez pour plus d'informations (en)